Les différentes techniques de construction de piscine

construire une piscine

Le printemps s’en vient et les envies de piscine passent du rêve à la concrétisation. Petit tour d’horizon : quel modèle? Quels matériaux choisir? Comment l’intégrer à son arrière cour?

Les piscines coques

Les coques de polyester sont conçues à l’aide d’un moule ayant la forme du bassin. Un mélange de fibre de verre et de résine polyester est projeté puis séché. L’avantage numéro un de cette technique est sa grande étanchéité suivi de près par la rapidité d’installation : seulement trois jours sont nécessaires, du début du terrassement à la mise en eau. La piscine n’est en effet pas à construire puisque la structure existe déjà.

Plus esthétiques, les piscines à ossature bois existent sous de multiples formes. Hors sol ou enterrées, elles offrent le certain avantage d’apporter la chaleur du bois et s’intègre de suite à la végétation et au décor naturel d’un jardin. De plus le choix du bois permet toutes les audaces en décoration extérieure. On peut lui accoler salon ou gazébo pour une ambiance propice à l’amusement et la relaxation. Elle existe également en grande taille pour le plaisir des familles nombreuses !

Les piscines en béton

Sur une ossature de treillis de fer est projeté du béton à l’aide d’un canon. Cette technique utilisée pour construction de piscine béton appelée gunitage mais ne peut être pratiquée que par un professionnel. Faire ce choix de construction c’est s’assurer une qualité optimale et un fini idéal. Dans les piscines béton, il existe aussi la technique de panneaux creux ou à coffrage perdu. Suite au ferraillage, le béton est coulé dans le même temps que radier dans les coffrages. Cette structure lient radier et murs en un ensemble alors que l’on a toujours une structure de béton armé.

Une troisième technique, celle des blocs à bancher économique et fiable, surtout quand les blocs sont de béton. Un bloc à bancher est un parpaing sans fond qui se monte en décalé afin de créer des alvéoles verticales dans lesquels on coule le béton. Deux fers horizontaux sont posés à chaque ligne et dans chaque alvéole un fer vertical. Chacune de ses alvéoles aura aussi une semelle de reprise du radier afin de lier le mur au radier et créer une construction de béton armé. Si les blocs à bancher proposent une qualité optimale, les blocs de polystyrène, souvent plus dispendieux sont dans le même temps moins fiable au niveau de l’étanchéité.

La piscine en parpaing : la méthode traditionnelle

Pour faire une piscine dans les règles de l’art, une fondation périphérique est d’abord creusée. Les murs de parpaings sont alors montés avec l’ajout de poteaux verticaux tous les deux mètres et on ajoute une ceinture périphérique haute et une ceinture périphérique basse. Cette technique de construction s’adapte parfaitement avec un liner ou un revêtement de PVC armé.

 

Les piscines en kit

Si vous optez pour le kit, sachez que vous aurez l’embarras du choix dans les matériaux de panneaux : acier galvanisé, inox… Le principe repose sur l’assemblage des panneaux les uns aux autres. Ils peuvent être scellés avec l’aide de jambes de force sur le radier. Une fois les éléments à sceller posés, on fixe le liner. Qui dit différents systèmes dit différences de prix et de qualité, il faut donc consulter les revendeurs et comparer les offres. Simple et rapide à mettre en œuvre, opter pour une piscine en kit ce n’est pas forcément choisir le moindre prix.

Quelle que soit la méthode que vous choisissez, vous pourrez toujours bénéficier d’un financement proposé par le pisciniste ou faire appel à votre banque pour un prêt.